Quoi qu’IL en soit.

Dans ma REPpublique à moi, on voit grandir des enfants. On les voit évoluer, s’ouvrir, se découvrir. Et pour certains, ne plus se mentir.

Des années qu’on a compris.
Des années qu’on sait.
Des années qu’elle a commencé à en parler, à le murmurer plutôt.
Oh non bien sur qu’on ne l’a pas prise au sérieux.
Pas assez, en tous cas.
On s’est dit que ça lui passerait, qu’elle est « fragile », qu’elle se trompe de combat.

Mais aujourd’hui, elle ne chuchote plus.
Elle affirme, elle réclame, elle impose.

D’ailleurs, si elle me lisait, elle serait furieuse.

Parce qu’elle a 10 ans.
Et qu’elle ne veut plus qu’on dise «elle ».
Elle est « il ».

C’est dingue comme des enfants de 10 ans sont plus ouverts que les adultes que nous sommes.
Parce que, eux, ils s’exécutent.
Et sans malaise.
Sans jugement.
Depuis quelques semaines, depuis qu’elle l’a dit haut et fort, pour eux, elle n’est plus « elle », elle est « il ».
C’est un garçon, comme eux.
Parce qu’elle l’a décidé, parce qu’elle le leur a dit.
Et ça, ça leur suffit.

Alors, je vais essayer moi aussi, S.
Je te promets que je vais essayer.
Je t’ai connue « elle ».
Tu seras désormais « il ».

Parce que ça ne va pas s’arrêter là.
Tu as beaucoup de chance S., j’espère que tu le mesures.
La chance d’avoir des parents qui t’ont écouté, qui t’ont compris, qui t’ont dit oui ou au moins « on va essayer », qui vont t’aider, t’accompagner.
Des parents qui ont insisté quand le pédiatre leur a dit que c’était « une lubie ».
Des parents qui se méfient déjà des psychiatres qui leur diront que « ça lui passera ».

Le mois prochain, Papa a pris un rendez-vous important pour toi, S..
Dans une association.
Tu y rencontreras des adultes qui ont parcouru ce chemin que tu t’apprêtes à emprunter.
Ils te raconteront leurs joies, leurs doutes, leurs détours, peut-être, les obstacles, surtout.
Tu leur parleras peut-être d’elle, de celle que tu ne veux plus être, ou que tu n’as jamais été.
Et de lui, celui que tu voudrais être, que tu seras, que tu es déjà, quelque part, au fond de toi.

Eux, ils ne diront pas que tu es fragile, que tu te trompes de combat.
Ils ne t’obligeront pas à mettre un maillot une pièce pendant les cours de natation.
Ils ne te forceront pas à aller dans les vestiaires des filles avant le cours de sport.
Ils ne te demanderont pas de dire « PrésentE » au moment de l’appel.
Ils ne t’obligeront plus à mentir, à nous mentir, à te mentir.

Tu seras il, quoi qu’IL en soit.

3 réflexions sur « Quoi qu’IL en soit. »

  1. Il a bien de la chance d’avoir des parents à son écoute et des enseignants si bienveillants. Je souhaite que sur sa route qui sera difficile, il rencontre plein « d’humains » qui auront ce respect pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.