Entre vos mains.










Je l’imagine ce matin, serré dans un carton. Il attend que quelqu’un défasse le scotch. Le coup de main expert arrive. Un grand coup de cutter bien placé pour ne pas écorcher sa couverture. Les volets du carton s’ouvrent grand, la lumière entre enfin. Il est peut-être juste au-dessus, peut-être pas.





En le prenant dans les mains pour le sortir de là, on le trouve forcément doux, forcément beau, peut-être même un peu chaud.





On en a fait quoi ensuite ?





On l’a posé. On l’a rangé. Ou exposé.





En me promenant, aujourd’hui, dans les rues de cette trop grande ville ou le ciel nous tombe sur la tête sans discontinuer, je l’apercevrai peut-être. Dans cette vitrine.





Dans les mains de cette dame. Elle sera en train de lire ce qu’il y a écrit derrière. Est-ce que ça la fera sourire ? Est-ce que ça lui donnera envie d’en savoir plus ? Est-ce qu’elle va l’emmener avec elle ? Le lire ? L’offrir ?





Quelqu’un d’autre le touchera alors. Tournera les pages. Sourira. Rira. Pleurera. S’agacera. Le refermera tout de suite, ou plus tard. Et en parlera. Ou pas.





Je l’imagine ce matin entre vos mains et je me dis que c’est une sacrée aventure, tout ça. Que l’ aventure commence tout juste, finalement.





Merci Maîtresse est en librairie aujourd’hui.





Prenez en soin.





7 réflexions sur « Entre vos mains. »

  1. Hello Anouk …
    12 chroniques lues d’une traite en ce début d’après-midi … Je m’arrête avant la 13° …
    Non je ne suis pas superstitieux … mais quand même , maintenant que je sais que m’adresse à une ancienne chroniqueuse judiciaire sur France Info … ça m’impressionne …
    Mais je comprends mieux maintenant cette sensibilité à fleur de peau qui se dégage de toutes les chroniques de ce blog … et cette Vérité dans ton écriture …
    Bon, j’ai l’autorisation pour la publication de la chronique 23 … Pourquoi la 23° ? Pourquoi pas la 23° … A cause de Charles … Je ne peux pas imaginer que tu aies choisi ce prénom au hasard … Il et tellement à l’opposé de l’autre Charles … Le beau de l’ère …

    Pour moi, je sais déjà quelle aquarelle d’Althéia illustrera l’article …
    http://aquarellecouleurspassions.eklablog.com/le-marche-a109193774

    Et pour la voix qui lira la chronique … Si tu peux te rendre utile …

    @t… alain

  2. Merci infiniment à toi pour ce merveilleux ouvrage ! Je l’ai remporté sur Instagram grâce au magazine Psychologies et sincèrement, je l’aurai acheté si ça n’avait pas été le cas. J’en ai entendu que du bien et je comprends maintenant pourquoi … J’ai failli faire une nuit blanche, plongée dans tes anecdotes, bercée par ces mots qui avaient une telle résonance… J’ai ri, pleuré, ressenti ta frustration, celle que je connais bien quand je me sens impuissante, je me suis énervée en découvrant la situation de Laurence avec la mère de Tarik, situation qui fait écho à ce défi quotidien que nous avons quand il s’agit d’échanger avec les parents, de coopérer avec eux. Demain matin, je parlerai de toi sur Instagram parce que ton ouvrage m’a bouleversé… Alors voilà, merci Maîtresse.

    1. Merci Maîtresse Thibou pour tes mots, ton soutien et tes encouragements. J’aime raconter notre métier parce que je sais que les gens le connaissent peu ou très mal. Et parce que je suis persuadée que mieux connaître et comprendre l’école réglerait bien plus de choses qu’on ne l’imagine. Merci encore !

  3. J’ai lu votre livre que l’on m’a prêté car je souhaite me reconvertir pour devenir professeur des écoles. Je l’ai dévoré !! Il m’a énormément plu, j’avais l’impression de faire partie de votre école. Ce livre m’a conforté dans mon choix de reconversion !
    Merci beaucoup pour toutes ces histoires, touchantes drôles, émouvantes et parfois tristes.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.